Emmanuel Macron

En Marche

Un candidat pas comme les autres?

Emmanuel Macron, depuis sa candidature, se présente comme “l’homme providentiel”. A travers ses déclarations vagues, il permet aux Français de s’identifier et d’interpréter comme ils veulent. Seulement, est-il vraiment le candidat idéal qu’il prétend être, ou veut il simplement satisfaire les Français par ses discours afin d'apaiser les tensions et d'accéder au pouvoir?

 

“C’est en affrontant la réalité du monde que nous pourrons retrouver de l’espérance dans notre pays, c’est notre défi aujourd’hui”.

 

C’est le large projet que propose Emmanuel Macron, ex banquier chez Rothschild et ancien ministre des finances, lors de son annonce de candidature à la présidentielle de 2017.

 

C’est le 11 novembre 2016, mettant un terme aux rumeurs sur sa probable candidature, qu’il fait part aux Français de son souhait de devenir président, et de son statut de candidat “d’aucun parti”.

 

4 jours avant le premier tour des primaires de la droite et du centre, la déclaration fait polémique, et le but est atteint: communiquer, et notamment sur sa non-appartenance aux autres partis.

 

Voici donc, non pas un nouveau parti, mais un nouveau mouvement politique qu’il crée et présente aux français: “En Marche”. Et pour agir, ainsi que faire bouger les choses, Macron désire avoir recours aux idées de ceux qui veulent du renouveau.

 

Mais un autre objectif de sa campagne est de prouver son détachement au gouvernement actuel. Il faut, explique-t-il, “ changer les têtes”. Selon lui, la réponse aux attentes des Français serait un système plus moderne et en dehors des sentiers battus, dont le but serait l’efficacité, et non la guerre perpétuelle entre gauche et droite, mais n’explique jamais à quoi ressemblerait ce système “miracle”. “ En Marche!” permettrait d’après lui d’apporter des “réponses neuves” à une “France bloquée”, et encore une fois, ces réponses restent inconnues.

 

Il s’agirait seulement de remettre le pays en marche en faisant évoluer le système tout entier.

 

Macron propose alors à tous ceux qui se croient tournés vers la mauvaise direction avec l’actuel gouvernement, à ceux qui ne savent plus vers quel parti se vouer, et à ceux qui n’y trouvaient jusque là pas ou plus leur compte, et donc sûrement une grande partie des français, une alternative floue et risquée, mais qui sonne prometteuse grâce aux propositions jamais concrètes de ce candidat.

 

Il faut, dit-il, “rendre à l’ensemble des français la place qui n’aurait jamais dû cesser d’être la leur: non pas le décor de la vie politique mais son coeur.”, et dit ainsi aux français ce qu’ils voulaient entendre.

 

C’est donc avec l’aide des Français, leurs idées et regards que Macron dit vouloir faire évoluer le pays dans une bonne et meilleure direction.

 

Ces mêmes Français, qui, pour la plupart touchés (en bien ou en mal) par la déclaration surprenante de l’ancien ministre se proclamant “l’homme providentiel”, décideront ou non de laisser au projet “En Marche” la chance d’entamer son chemin.

 

Léa S.



Écrire commentaire

Commentaires : 0