François Fillon

Les Républicains




Le sauveur de notre belle France en déclin ?

 

 

Si les résultats de la primaire de la droite et du centre nous montrent bien quelque chose, c’est bien qu’un homme annoncé perdant par tous les sondages, peut, contre toute attente, accéder à la victoire. En effet, le 27 novembre, François Fillon a gagné, avec 67% des voix, les primaire de la droite et du centre, qui ne comportaient aucun candidat du centre. Étrange, non?

 

 

Une surprise ?

 

Et bien clairement: Fillon a surfé sur la vague de l’outsider. Il joue sur plusieurs ressorts, bien visibles. Premièrement, il considère incarner les valeurs de la “vraie France”, ou plutôt celles de la droite conservatrice catholique. Ce qui pourrait en surprendre plus d’un, en comptant qu’un pilier de notre constitution s’appelle la Laïcité. Lors de chaque débat ou meeting, Fillon prône la défense de ces valeurs et le fait qu'il les représente parfaitement. Dans les différents débats de la primaire de droite et de gauche, son discours se base sur plusieurs arguments: l’honnêteté : il dit ne jamais avoir menti aux Français (ce qui, pour lui, est l’occasion d’en rajouter une petite couche sur les casiers judiciaires de ses deux principaux concurrents Juppé et Sarkozy); l’ambition, il ne doute pas de la réussite de son programme et dit ouvertement que c’est le seul qui pourra remettre la France sur pied. De plus, il se place comme bouclier contre la décadence française, il veut redonner les libertés aux Français (liberté de travailler, de réussir, et d’éduquer ses enfants). On peut aussi remarquer dans la rhétorique de FIFI une habile manière de désigner les problèmes des français. Il s'implique dans ce qu’il dit, et c’est bien le seul à le faire. A chaque fois qu’il parle, il annonce avec fierté un grand “NOUS”, un simple mot montrant un intérêt pour les problème des “vrais français”.

 

 

2016-12-12 16_24_29-François Fillon (@FrancoisFillon) _ Twitter.png

 

Explication du choix des électeurs

 

 

Plusieurs raisons peuvent expliquer le choix des électeurs. Il y avait ceux qui aimaient les idées de Sarkozy mais qui ne voulaient plus de lui, ceux qui aimaient la personnalité de Juppé mais qui trouvaient son programme peu ambitieux. Ils se sont donc décidés pour un entre-deux et ont voté Fillon. Les élections américaines ont également pu avoir une influence sur les primaires de la droite (et du centre). En effet, en voyant ce qu’il s’est passé aux USA, certains électeurs ont certainement pris peur et se sont dit “si c’est un candidat de droite qui est élu, autant le choisir, payer 2€ et aller voter !”.

 

2016-12-12 16_22_51-François Fillon (@FrancoisFillon) _ Twitter.png

 

Enzo B., Manon M. et Lucie G.


Écrire commentaire

Commentaires : 0