Les enjeux européens dans les programmes des candidats à l'élection présidentielle de 2017

À quelques mois de la présidentielle, certains programmes, comme celui d'Emmanuel Macron, n’ont pas encore été officialisés. En attendant, nous pouvons d’ores et déjà étudier certains programmes des principaux candidats. Quel avenir proposent les candidats pour l’Europe?

 

“L’UE est un échec”, Marine Le Pen, 5 février 2017 lors d’un meeting à Lyon.

 

Le FN n'a, en somme, aucune ambition politique concernant l’Europe hormis celle de la quitter.

 

En effet, le FN ne propose aucune contribution de la France au budget européen. Pour ce parti, seul un référendum pourra décider de la position de la France par rapport à l'Union Européenne, en d’autres termes: un Frexit.

 

Fillon veut que les institutions européennes soient plus efficaces et plus respectueuses de la souveraineté des États. La souveraineté des États, c’est l'indépendance d’un état par rapport à d’autres États et Fillon voudrait que cette indépendance soit mieux respectée. Il souhaite aussi revoir le rôle de la commission européenne. Jusqu’ici, la commission européenne est la gardienne des traités. Elle veille à l’application des traités européens. Elle possède un monopole de l’initiative législative et un droit à l’initiative que Fillon souhaite restreindre pour seulement quelques domaines fondamentaux.

 

Fillon souhaiterait que chaque pays européen fasse un effort militaire et financier afin de donner à l’Europe le pouvoir de peser militairement à l'échelle internationale grâce à l’Euro.

 

Il voudrait aussi rassembler la politique de la Banque Centrale Européenne avec une stratégie économique globale. Enfin, Fillon propose de créer un trésor européen et ainsi une mise en commun des dettes des pays d’Europe.

 

Macron n’a jusqu’alors pas présenté officiellement de programme présidentiel à quelques mois des élections …

 

Jean-Luc Mélenchon présente comme idée principale une “refondation démocratique, sociale et écologique” des traités européens par une négociation. En effet, il souhaite que la parole des citoyens soit plus entendue. Cette proposition est un “plan A” comme l’appelle Mélenchon. En cas d’échec des négociations, il propose un “plan B” qui serait de sortir immédiatement des traités européens.

 

Benoît Hamon propose un SMIC européen à 60% du salaire moyen. Lors de sa possible présidence future, il voudrait suspendre l’application du traité de libre-échange entre l’Union Européenne et le Canada. Comme Fillon, Benoît Hamon propose une mise en commun des dettes. Contrairement à Jean-Luc Mélenchon, Hamon est contre la renégociation des traités. Hamon défend une relance de l’Europe par la transition énergétique. Il défend également une modification des règles de Dublin, d’après lesquelles l’accueil des réfugiés se fait sur les pays aux frontières de l’Europe (soit l’Italie et la Grèce, pays étant en difficulté par rapport à d’autres Etats membres de l’Union Européenne). il propose donc une répartition de l’accueil des demandeurs d’asile entre les pays appartenant à l’Union Européenne en fonction de leur capacité.

 

Johanne M.