Le revenu universel : un sujet à débattre

On entend en ce moment beaucoup parler dans les médias sous différentes formes du revenu universel. Si aujourd’hui je te dis “ mais qu’est ce que le revenu universel ? “

 

Bien sûr ça ne t’évoque rien, mais ça va changer !!

En 2017, c’est une idée très à la mode. Quels en sont les enjeux ?

 

Le revenu universel pourrait être une allocation versée à tous les citoyens français sans distinction dès la naissance jusqu'à leur mort. Elle varierait selon les projets de 600 à 1000 euros. On pourrait la cumuler avec son salaire ou d’autres revenus. Cette idée entraînerait une suppression de la plupart des aides sociales et une refonte de l'impôt sur le revenu. Malheureusement ce revenu universel pourrait coûter bien plus cher que les aides sociales car ces dernières ne sont pas destinées à tout le monde alors que le revenu universel l'est.

 

Ce revenu permet-il de vivre ou travailler moins ?

 

Non, le principal objectif du revenu universel serait de permettre à chaque individu de disposer d’un moyen de subsistance qui lui permette de rebondir. Par exemple, si un chômeur disposait de suffisamment d’argent pour se loger et se nourrir, alors il pourrait utiliser son énergie pour se former, chercher un emploi. Le revenu de base laisserait donc la possibilité aux individus de changer de carrière, de ne pas être frappé par les mutations du travail. .

 

Les défenseurs du revenu de base ne prétendent pas qu’il doit se substituer au travail, mais qu’il doit permettre de faire du travail un véritable choix. Ainsi, ceux qui ne veulent pas travailler pourraient le faire, mais ne gagneraient que de quoi subvenir à leurs besoins élémentaires. Le niveau de vie dépendrait donc toujours du travail, mais d’un travail libre et non contraint.

 

Cela peut paraître comme une grande avancée dans l'aide sociale mais la vraie question est : ”combien cela coûterait-il ?”

 

Selon la fondation Jean Jaurès, pour un revenu universel de 750€ mensuel, la dépense nationale serait de 675 milliards d’euros pour l’Etat. Cette somme représenterait environ un cinquième du PIB français ! Mais il faut aussi prendre en compte que les candidats prévoient cette dépense et qu’ils ne sont qu’un maillon de la chaîne de leur programme.

 

Même si ce coût paraît très élevé, cette réforme aurait, pour certains, la capacité de réduire les inégalités sociales et de flexibiliser le marché du travail. Tu sais ce que c'est ? Ca veut dire que plusieurs critères peuvent être améliorés comme la variation des horaires, des salaires, des effectifs, de l'organisation du travail. Marine Le Pen, François Fillon, Emmanuel Macron ou Jean-Luc Mélenchon sont opposés à cette réforme bien que ce soit pour des raisons complètements différentes.

 

Quels candidats soutiennent cette idée ?

 

Le revenu universel est principalement soutenu à gauche par Benoît Hamon et Jean Luc Benhamias, et chez les républicains par Frédéric Lefebvre et Nathalie Kosciusko-Morizet. Certains comme Christine Boutin chez les chrétiens-démocrates proposent une alternative qui serait moins coûteuse : ”300 euros du berceau à la tombe”. Cette idée existe depuis 2012 en précisant que ce revenu s’élèverait de 200 euros jusqu'à 18 ans à 400 euros pour les adultes. Elle insiste sur le fait de “pousser les gens à la reprise d’activité”.

 

Après toutes ces explications, nous pourrions maintenant nous poser la question de la place du travail dans la société, si c'est un élément central…

 

Chiara R. et Youness E.